Les ovaires

Les ovaires, organes reproducteurs de la femme, sont localisés dans le petit bassin de part et d’autre de l’utérus. Durant la période de fécondité, c’est­à­dire au moment où les femmes ont la capacité de concevoir un enfant, un ovule est libéré une fois par mois par les ovaires : c’est l‘ovulation. Les ovaires jouent un rôle important dans la production des hormones sexuelles : œstrogène et progestérone. Leur taille et leur rôle diminuent avec l’âge.

Sous l’influence de facteurs encore mal connus, les cellules de l’ovaire peuvent se diviser de manière anarchique et, ainsi, échapper aux phénomènes de régulation. A partir d’un certain nombre  de  divisions,  la  masse  de  ces  cellules  « dégénérées » donne  naissance  à une excroissance,  ou tumeur. En dépit des progrès des recherches, les causes précises des cancers ovariens sont encore mal connues. Étant donné que les ovaires comportent plusieurs types de cellules, il existe, par conséquent, différents types histologiques de tumeurs. Dans environ 90% des cas, ce sont des tumeurs qui se développent au détriment du tissu qui recouvre l’ovaire ou la trompe de Fallope, elles sont  dites  « épithéliales »  .

Tumeur de ’ovaire

Les  tumeurs  malignes  de  l’ovaire  d’origine  épithéliales  sont appelées « carcinomes ». En 2012, dernières statistiques publiées, le cancer ovarien se situe au 6ème rang des cancers féminins. Ainsi, chaque année, le cancer ovarien touche environ: 8 000 femmes en Allemagne; 4 500 femmes en France; 700 femmes en Autriche; 550 femmes en Belgique.

Symptômes 

Les  symptômes  précoces  de  la  maladie sont en général banals et peu spécifiques  et il n’existe  pas  encore  de méthodes  validées  permettant  un  dépistage  précoce  ou  une prévention de la maladie. Ceci explique pourquoi, au moment du diagnostic, environ 75% des patientes présentent un stade avancé de la maladie, dénommé FIGO III ou FIGO IV.

FIGO

FIGO (Fédération   Internationale   de   Gynécologie   et  d’Obstétrique)   est   une   association   de cancérologie  internationale qui  développe  et  met  à jour  les classifications  ainsi  que  les recommandations  en  matière  de  traitement  des  tumeurs  génitales,  permettant  ainsi une harmonisation des prises en charge de la maladie, au niveau international. Par exemple, un stade FIGO III signifie que la tumeur s’est étendue au­delà de l’ovaire (métastases) et est déjà présente au­delà du petit bassin, tandis qu’un stade FIGO IV signifie que la tumeur s’est déjà étendue à d’autres organes (métastases à distance), comme  le foie, la rate, les poumons et le cerveau.