Symptômes

Le cancer de l’ovaire peut causer des symptômes non spécifiques comme un gonflement de l’abdomen  (ballonnement),  accompagné  d’une  augmentation  du tour de taille, des envies urgentes d’uriner (dysurie) ou des douleurs du bas­ventre (douleurs pelviennes). Néanmoins, au début, les patientes peuvent n’avoir aucun symptôme. Chez certaines patientes, le développement de la tumeur engendre un gonflement de l’abdomen qui est la conséquence de l’accumulation d’un liquide dans l’abdomen (ascite).Celui­ci doit être vu comme un signe d’alerte et implique un bilan sans délai.

Examen gynécologique

L’examen gynécologique,  et les différentes techniques d’imagerie médicale, échographie, scanner ou IRM sont essentiels pour le diagnostic, bien que les petites tumeurs de moins d’un centimètre peuvent échapper au diagnostic. Des anomalies mineures du petit bassin peuvent être mieux évaluées grâce à l’échographie transvaginale (sonde à ultrason dans le vagin).

Analyse de sang

Les biomarqueurs  comme le CA125 et HE4 sont des protéines qui dosées dans le sang peuvent indiquer   la   présence   d’un   cancer   ovarien.   Cependant,   l’élévation   de   ces biomarqueurs  n’est  pas  spécifique  car  ils ne sont pas nécessairement augmentés  chez toutes les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire mais peuvent également être augmentés en cas de tumeurs bénignes ou d’autres cancers. C’est pourquoi nous préférons le terme de « biomarqueur » à celui de « marqueur tumoral ». Le rôle des biomarqueurs est actuellement une priorité dans la recherche sur le cancer ovarien.