Le projet européen GANNET53, est une étude clinique à laquelle 18 partenaires institutionnels d’Autriche, d’Allemagne, de Belgique et de France participent.
Dans le cadre de cette étude clinique, l’efficacité et la tolérance d’une nouvelle molécule (le ganetespib) en association avec le traitement de chimiothérapie standard (paclitaxel) est testé.
Le ganetespib est une thérapie ciblée, qui agit sur les altérations génétiques souvent présentes dans les tumeurs des patientes atteintes d’un cancer épithélial ovarien, des trompes de Fallope ou péritonéal, comme la mutation de la protéine p53.

Dans des conditions normales, c’est-à-dire lorsqu’elle n’est pas mutée, la protéine p53 protège les cellules de l’organisme contre le développement du cancer. Elle joue un rôle dans les mécanismes de base des cellules, telles que la division, la réparation, le vieillissement et la mort cellulaire.
En cas d’altération de cette protéine (mutation), elle perd sa fonction de protection, ce qui a pour conséquence d’endommager les cellules qui peuvent alors se diviser de manière incontrôlée, conduisant au développement du cancer. Les derniers résultats scientifiques ont montré que le ganetespib peut lutter contre la protéine p53 mutée des cellules cancéreuses.

Dans l’étude clinique GANNET53, cette nouvelle molécule est utilisée en association avec la chimiothérapie par paclitaxel, chez des patientes présentant des types spécifiques de cancer de l’ovaire, des trompes de Fallope ou du péritoine et dont la maladie a récidivé après un échec par chimiothérapie à base de sels de platine.
L’objectif de cet essai est d’améliorer le pronostic de ces patientes ainsi que leur qualité de vie. Pour de plus amples informations au sujet de l’étude clinique GANNET53, vous pouvez vous rendre sur le site du projet européen GANNET53.