La recherche translationnelle est une interface entre la recherche fondamentale en laboratoire et l’application d’un traitement à l’hôpital. Cela signifie que les résultats obtenus en laboratoire que l’on suppose être bénéfiques peuvent être appliqués à la prise en charge des patients. Le but est d’explorer de nouvelles voies en matière de diagnostic et de traitement de certaines pathologies, mais aussi d’acquérir de nouvelles connaissances sur l’origine de la pathologie étudiée. La recherche translationnelle est en train de devenir un facteur de plus en plus important dans la plupart des spécialités médicales. Et en cancérologie, les patients bénéficient des résultats de la recherche translationnelle. Un objectif fondamental de la recherche translationnelle est le développement d’une «médecine personnalisée», permettant à un patient donné de recevoir un traitement spécifique prenant en compte, non seulement le profil de la maladie, mais également, les caractéristiques génétiques de l’individu. L’objectif à long terme de la médecine personnalisée est de substituer l’administration généralisée inefficace des traitements au profit d’un traitement efficace spécifique pour chaque patient. Cela permettrait d’améliorer les taux de réponse des traitements tout en réduisant les effets secondaires.

La complexité du cancer mais aussi d’autres maladies requiert une collaboration multidisciplinaire. Cela signifie que de nombreux experts de différentes spécialités travaillent en étroite collaboration : biologistes et biochimistes, chimistes et ingénieurs, pharmacologistes et pharmaciens mais également des statisticiens, des experts en pharmacovigilance, des médecins et bien d’autres experts encore. L’importance de la recherche translationnelle croît continuellement. En même temps, il est primordial que les patients participent aux études cliniques pour que les résultats puissent améliorer les prises en charge standard. En participant à l’étude GANNET53, vous contribuerez à la recherche translationnelle.